Qui peut venir voir un sophrologue ?

Je vous l’ai déjà dit sur mon site : tout le monde, sans restriction d’âge et quel que soit l’état de santé et de maturité. Depuis quelques semaines, je parle de motivation, de volonté, d’entraînement, de choix. Chacun d’entre nous est capable de s’investir dans la sophrologie et peut y trouver son compte, à condition de savoir pourquoi il vient et de vouloir progresser par lui-même.

alpiniste-clientSouvenez-vous, je suis comme le guide de montagne, j’évalue et j’accompagne sur le meilleur parcours, je ne m’encorde pas pour traîner un alpiniste derrière moi ! Pour mieux me faire comprendre, je préfère citer un passage du Manuel de Sophrologie de Catherine Aliotta (InterEditions, 2014, p. 35), qui définit le métier de sophrologue :

« Le sophrologue est un professionnel qui utilise la sophrologie comme outil thérapeutique ou de développement personnel. Il accompagne des personnes volontaires dans la recherche de leurs propres solutions. Il élabore et anime des protocoles d’accompagnement adaptés à chacun de ses clients. »

J’aime ce passage, car chaque mot de ces quelques lignes est important. Je vais cependant me focaliser sur ceux que j’ai soulignés :

professionnel : effectivement, toute personne qui se dit sophrologue doit avoir suivi une formation. Il en existe plusieurs, qui se différencient par le nombre d’heures, le lieu, la philosophie (approche purement thérapeutique (comme moi) ou philosophie de vie) etc. Mais toutes ont l’objectif de former des personnes compétentes, à même de recevoir tous les clients qui se présentent afin de les accompagner au mieux, ou à défaut de les rediriger vers le praticien adéquat. Mes compétences sont bien délimitées par le code de déontologie de la Chambre Syndicale de Sophrologie.

outil : le mot est très juste. La sophrologie est un outil, le sophrologue est un manuel d’utilisation. Il faut bien se rappeler qu’un outil est là pour aider l’homme à réaliser une opération déterminée. La personne qui veut gravir la montagne peut le faire à mains et pieds nus (ça va être difficile !) ou s’aider d’un équipement adapté (piolets, mousquetons, chaussures crantées..). Mais ni les piolets ni les mousquetons ni les chaussures adaptées ne l’amèneront au sommet, la personne devra mobiliser toutes ses forces pour cela, en les renforçant grâce à ces outils. Le sophrologue va expliquer comment optimiser son trajet, comment prendre ses appuis pour atteindre son objectif.

accompagne : je ne l’ai que trop répété au fil des articles, mais le sophrologue accompagne, il ne suggère pas comme dans le cadre de l’hypnothérapie. Il ne guide pas, il ne résout pas les problèmes. Je ne suis pas un guide spirituel ou psychologique, ni un gourou, comme je le dis sur le site. La sophrologie n’est ni une secte, ni une pratique religieuse. Le sophrologue fournit des billes pour utiliser l’outil afin que le client puise au mieux dans ses forces, voire les découvre.

adaptés : l’hypnothérapeute s’intéresse bien sûr à la personne pour induire de nouveaux comportements. Le sophrologue passe beaucoup de temps à observer et dialoguer avec la personne, avant d’établir les exercices, les visualisations et tous les autres moyens déployés en sophrologie. Il peut alors répondre exactement aux attentes du sophronisé, en tenant compte de ses capacités physiques et mentales, tout en lui laissant la plus grande autonomie d’imagination et de pensée, sans jamais entraver le contrôle que le sophronisé a de son esprit et de son corps.

Je posais la question, dans l’article d’introduction de ce thème sur le choix de l’hypnose ou de la sophrologie, des moyens et de la volonté que le client était prêt à investir. Je crois que vous avez trouvé la réponse tout au long de ces articles, et que vous avez ainsi pu trouver chez quel professionnel vous souhaitez vous rendre. Vous voyez mieux les différences maintenant, à vous de choisir ! Evidemment, je suis parti pris, et je vous encourage à venir me voir, afin de mieux vous connaître et de mobiliser par vous-mêmes vos innombrables ressources à long terme. Il s’agit d’aller mieux, d’être plus fort, en sachant comment et pourquoi….